Conférences AGORA

Salle de conférence de la Médiathèque municipale de Mâcon
23 Rue de la République, 71000 Mâcon

Tarif unique : 2€

Mardi 4 octobre à 19H
Intervenant: Ti yan Wong
La gastronomie et le cinéma

La gastronomie, bien à la mode en ce moment, inspire de plus en plus le cinéma (Ratatouille, Lunch box, La cuisine du palais pour ne citer que les plus récents sans remonter jusqu’à La grande bouffe ou Le festin de Babette). A part le fait d’être un art l’un et l’autre, qu’a-t-il de commun entre une crêpe Suzette ou une pêche Melba et La mort aux trousses? Peut-on comparer Alain Passard à Jean-Luc Godard? Au premier abord non. Le spectateur perçoit un film avec la vue et l’ouïe tandis qu’un met se savoure par la bouche et par l’odorat. Pourtant tout bon cinéaste devrait faire un bon cuisinier – on connaît l’exemple de Chabrol qui cuisine divinement et repère les lieux de tournage par leur proximité avec de bons restaurants. Et un chef digne de ce titre et sûr de son goût serait, a priori, un cinéphage ou un cinéphile. Car de nombreux points communs sautent aux yeux si l’on examine parallèlement la pratique d’un Escoffier et celle d’un Hitchcock. Ecrire un scénario ou inventer une recette, choisir tel ingrédient ou faire un casting, composer l’équipe technique d’un tournage ou une brigade de cuisine… démonstration à partir des extraits de films qui feront saliver plus d’un.

Ti Yan Wong est d’origine chinoise, il arrive en France à l’âge de quinze ans. Après ses études (Science Eco), il réalise plusieurs documentaires dont L’aspect rose des choses (1980), sélectionné au Festival de Berlin-Infoschau, Les mémoires d’un saint (1982), primé à Clermont-Ferrand, Tai ti chan le grand tremblement de terre (1990) nominé aux Césars… Une Bourse Villa Medicis lui permet d’écrire le scénario Soleil et chair à Taormina en Sicile. Parallèlement il mène une activité de journaliste et d’historien du cinéma. C’est à ce titre qu’il a publié Arrêtez votre cinéma (1979) ; 100 ans de cinéma en Isère (1995). Sa longue pratique du gigong l’a peu à peu orienté vers la cuisine taoïste chinoise, qu’il enseigne par le biais des ateliers gourmands.

Mardi 11 octobre à 19H
Intervenant : Paul Jeunet
Musique de cinéma à Hollywood : écrire la musique à Hollywood

Les ouvrages consacrés à la musique de films sont relativement rares tout comme il est assez peu courant que les critiques y fassent sérieusement référence dans leurs jugements sur les films qui sortent sur les écrans. Pourtant, dès son invention, le cinéma était accompagné par la musique, jouée en direct ou, plus tard, enregistrée sur des disques. Devenu sonore à la fin des années 20, le cinéma va faire de la musique un des éléments majeurs de la dramaturgie du film. C’est à Hollywood, en avance technologiquement sur l’Europe, que se constitua une véritable « grammaire » de la musique de films. Les musiciens devinrent parfois plus célèbres que les réalisateurs. Les conflits entre les compositeurs stars et les réalisateurs ne manquèrent pas. La conférence évoquera l’histoire de ce parcours qui va du cinéma muet « accompagné » aux films sonores. On évoquera également la création et le développement d’un genre lié à ces liens nouveaux entre images et musiques : le « Musical », traduit à tort en français par « comédie musicale », ainsi qu’à l’utilisation du jazz au cinéma. La conférence sera illustrée par des documents audio visuels.

Paul Jeunet est professeur et formateur cinéma et audio visuel à l’IUFM de St Etienne. Actuellement en retraite, il est le fondateur des Rencontres cinématographiques de Marcigny mais aussi directeur artistique de la manifestation, il est également rédacteur sur plusieurs revues de cinéma. Paul Jeunet réalise plusieurs documentaires (dont certains sur le cinéma) et est co-auteur de l’ouvrage Cinéma et école: aller / retour.